Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pétage de plombs chez les deservice

  • L'abus d'Internet est dangereux pour la santé et l'équilibre mental part II

    Salut toi…

     

     
    Je peux t’offrir un verre ? … Hey Garçon ! Une autre margarita et un whisky sec pour moi ! Je m’appelle Georges et toi ? … Hum j’adore ce prénom… Clé3G … hummm… c’est tellement mélodieux et sensuel que ça m’excite l’index. Oui regarde le, comment il en crève de cliquer une souris… Clé3G t’es trop belle, trop désirable, trop webesque avec ton petit logo sur le côté. Tu sais…  c’est pas mon genre d’être aussi directe, je drague jamais chez les marchands de téléphonie. Mais là je suis tombée sous ton charme à peine je m’étais faite accosté par une de leur saleté de vendeur. Je ne voyais que toi, ma petite Clé3G chérie, tandis que je remettais à sa place ce roquet de commercial à deux balles, en donnant simplement mon nom d'abonnée. Aujourd’hui je crois en mon destin, en notre destinée (destinéeeeee, on était toutes les deux destinéeeee… Guy Marchand sort de ce corps !) … si je n’avais pas eu des soucis de ligne téléphonique, je ne t’aurai jamais eu en prêt… Allez fini ton verre que je te ramène, que je te présente à mon ordinateur, que je te fasse des choses complètement dingues avec mes ports USB. T’es chaude hein ma belle… t’as envie de te faire casser les pattes arrières… tu vas voir moi je vais te fumer !

     

     

     

     

     

     

     

    EDIT : tu noteras que la clé3G boit des margaritas...

  • L'abus d'Internet est dangereux pour la santé et l'équilibre mental part I

    C’est la plaie ! Depuis deux semaines, le gars de service et Georges doivent faire face à l’impensable, à l’inenvisageable,  à l’horreur dans sa pureté la plus cristalline et la plus perverse : l’impossibilité de se connecter au monde, de se connecter à Internet. Adieu films de cul, programmes télé, recettes de cuisine et blogination. Fini la branlette ! Obligés de se remettre à faire l’amour ensemble avec nos mains, nos langues et nos sexes. Pour la télé, on zappe désespérément, à la recherche d’un truc potable à se mettre dans le fond de l’œil. Quand je fais des oeufs à la coque ils finissent durs parce que je ne sais jamais combien de temps les laisser sur le feu. Les blogs ont les mêmes heures d’ouvertures que mes horaires de bureau. C’est la ramasse. C’est l’enfer. On s’emmerde comme c’est pas permis … même en levrette. L’autre jour, on a bouffé de la boîte pour chien au lieu du cassoulet en conserve, tout en se brûlant les yeux devant une fiction de TFI alors qu’il y avait une super redif de New York machin bidule sur la TNT. Notre vie part en lambeaux, je regarde trop les blogs au boulot. On déprime à tel point qu’on envisage  sérieusement de s’inscrire aux cercles des toxico d’Internet à la maison des associations du bourg d’à côté.

    « Bonjour je m’appelle le gars de service et je suis un toxico d’Internet : je regarde trop de films de cul.

    - Bonjour le gars de service.

    - Bonjour je m’appelle Georges et je suis une toxico d’Internet : je lis trop de blogs.

    - …

    - … et je regarde trop de films de cul.

    - Bonjour Georges.