Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

et alors ?

  • Mes trucs et astuces pour donner l'illusion de travailler dur.

    En cette dernière semaine de bagne rémunéré, ma motivation s'est mise en grève et me gueule en permanence dans la tête "Je fous pu rien euh !". Et quand je la convoque à une réunion au sommet (c'est à dire dans mon crâne) en criant "Motivation ? T'es où ?", cette branleuse me répond invariablement "Dans ton cul !". (elle est charmante et si bien élevée)

    Me voilà donc seule cette semaine, pour affronter des heures sans fin à ne rien glander : parce que j'ai une assistante pour faire le taf qui me fait chier et parce que mon nouveau poste sera fort aise que j'attende de le mettre en place à la rentrée.

    Pour autant je ne panique pas et voilà mon premier conseil : ne jamais se démonter. Même si on ne fait rien et même si on vient de vous crever entrain de feuilleter virtuellement le site de Voici. Suffit de dire : "Je regardais une petite connerie en attendant que mon logiciel se débloque" (dans la mesure où vous travaillez sur un logiciel pas très performant qui bug assez souvent). Et si rien de technologique ou d'humain (on peut par exemple attendre un dossier que Jean Louis prend du temps à nous rendre) ne peut vous porter secours, le conseil n°1 continue de s'appliquer à savoir : ne jamais se démonter. Et alors simplement reconnaître que "Oui je faisais une petite pause : j'ai une sale migraine depuis ce matin et je suis déjà en overdose de nurofen." En résumé "la franchise c'est l'attaque", quand on est dans l'impossibilité totale de se cacher derrière un bon mytho. Reste que le mytho c'est tout de même plus tranquilisant pour le palpitant ... mais comme la vie est un match d'improvisation sans temps réglementaire, je pense qu'avec un peu de suite dans les idées on peut se sortir de toutes les situations, dans la mesure où il ne faut jamais se démonter.

    Deuxième astuce : faire la gueule. Car quand on fait la gueule on a l'air concentré même quand on lit un mail de sa mère avec un lolcat dedans. Ou un blog vachement drôle. Ou les dernières déclarations de Nabilla ("mon téléphone c'est comme mon string je ne m'en sépare jamais"... elle doit être propre la ficelle dis donc.) Ceci dit il ne faut pas faire la gueule en permanence. Il y a même des périodes plus propices que d'autre à une tronche de travers... à savoir le matin, car elle peut se justifier par des problèmes de sommeil par exemple. Personnellement je fais la gueule jusqu'à la pause de 10h15. Après et jusqu'avant la pause déjeuner, je suis plus aimable et sociale. Je reprends plus légèrement cette posture en début d'après midi et la fait s'atténuer tranquillement jusqu'à avoir atteint la pause de 16h. Et après je papote jusqu'à l'heure de la débauche, laissant ainsi l'impression à Punkie que j'ai fini de traiter des dossiers extrêmement compliqués et rébarbatifs. Et comme elle n'a pas envie de se les taper, elle ne me pose aucune question et je suis donc tranquille de toute justification de mon temps passé à faire la gueule devant mon pc.

    Autre truc : avoir un bureau plein de bazar. Les papiers qui s'amassent c'est pas que ça en jette mais ça crédibilise. Penser cependant à les brasser régulièrement pour plus d'efficacité. En effet, certains pourraient remarquer que le dossier trucmuche n'a pas bouger d'un centimètre depuis trois jours. En bonus : ça vous occupera le dernier jour, de ranger tout ce bordel qui traine. M'enfin là je vous cause d'une technique de survie connue et qui a fait ses preuves ...

    En attendant il est l'heure de reprendre une activité professionnelle...

    "Motivation ? Motivation ? T'es où ?"

    "Dans ton cul je te l'ai déjà dit !"

    "Ah oui ! Pardon."