Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bouhhhhhhhhhhhhhhhhhh

  • La question du dimanche n°61

    Ma maman me demandait l'autre jour par mail : "Que penses-tu ma chérie de ce cher Alex dans Koh Lanta?"

    Euh... M'man, ya pas d'Alex dans Koh Lanta cette année. T'es certaine de regarder la bonne chaîne le vendredi soir ? Ou alors tu t'es mis au replay sur l'internet ... mais celui de 2009. Faut que tu update c'est urgent !

     

     

    KOH LANTA.jpg

     

    (je t'aime M'man)

    (même si tu ne lis pas le moche blog parce que je ne t'en ai jamais parlé.)

    (Edit de plus tard : pour ceux qui regardent, elle parlait de Maxime, elle l'étriperait bien de ses blanches mains manucurées, m'a-t-elle écrit plus tard dans la soirée. Moi j'aime bien il fout le bordel à tous les monter les uns contre les autres. Quand il va se faire démasquer ça va chier des bulles carrées comme dirait ma copine Carlos.)

     

  • La fille en kit n'écrira plus jamais le vendredi...

    ... enfin jamais, tout est relatif.

    En plus d'être pourvue d'une paire de genoux en polystyrène expansé, j'ai depuis hier une cheville en mousse de canard au porto. Aucune idée de comment j'ai fait mon compte. Mais putain ce que j'ai mal. Je ne m'en fais pas outre mesure, elle est peu gonflée et de couleur chair comme la seconde. Si elle avait été bleue ou verte j'aurai filé chez mon médecin traitant qui a le sourire le plus contagieux du monde. Mais pour le moment j'attends... en implorant le grand Denis Brogniart et ses chemises de baroudeur, de ne pas être obligée de me rendre aux urgences pour mon articulation en pâté. Car ce soir, pour rien au monde je ne raterai Koh Lanta (même si je suis moins intégriste sur cette question depuis l'invention merveilleuse du replay). Fan incontestée depuis 11 ans (ça ne nous rajeunit pas dis donc), je ne rate jamais l'occasion de me goinfrer de bonnes choses à forte teneur en cholestérol et en gras, tout en observant de pauvres fous en maillot de bain se déchirer pour un quart microscopique de patte de crabe cru ou un demi coquillage rikiki de riz mal cuit à l'eau de mer. Je savoure tellement mieux mon manger dans ces conditions. Quant aux manoeuvres stratégiques pour éliminer le mec trop baleze des biceps ou la gonzesse trop mignonne qui usent de ses charmes pour se faire bien voir des garçons, et donc être protégée, je n'arrive pas à en rater une miette, tellement ça me passionne d'étudier la nature humaine dépouillée de maquillage, de téléphone intelligent et de carte de paiement en plastique. 

    Mes vendredis ne seront plus jamais les mêmes. Enfin jusqu'à la finale. Et si mes copains ne m'invitent pas à picoler et picorer du saucisson au beaufort ou à la myrtille.

    (Message personnel : Cheville en mousse de canard au porto recherche robuste pain de campagne pour relation érotique.)