Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes oreilles sont dans le love

  • NIN

    J'en ai longtemps écouté avec un type avec lequel je baisais ... ça m'avait manqué de me foutre du Trend Raznor dans le cerveau...

     Hurt

    h

     

     

    We're in this together

     

     

    Burn

     

     

    The hand that feeds

     

     

    Only

     Liste non exhaustive de mes préférées ...

  • Parfois y'a même plus de sopalin, alors on se mouche et on s'essuie les yeux avec du PQ.

    Quand j'étais jeune je ne pleurais pas devant les films tristes. Ca ne me  faisait ni chaud ni froid, c'était de la fiction, des acteurs, de la mauvaise musique romantique ou tragique. Rien de plus. Et puis un jour, j'ai lu Love Story de Erich Segal.  En une nuit de semaine, juste avant un contrôle d'histoire géographie au collège. Et j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Toutes sans exception. C'était la première fois.

    Quelques temps plus tard, j'ai vu le film avec ma mère, qui n'a pas cessé de me demander gentiment de me calmer et d'arrêter de chialer comme une madeleine. Mais comme dans le bouquin, Love Story me mettait dans un état atrocement pas possible.

    Ce fut longtemps l'exception lacrymale.  Cependant, je dois reconnaître qu'à mon indifférence froide aux situations qui tirent la larme, c'était  substitué certaines émotions. Que j'ai longtemps contenu. Et puis, un certain écossais est rentré dans ma  vie. Ce mec en jupe, c'est un dur, un vrai ... qui peut pleurer devant le journal de 20 heures (et sûrement pas à cause du foot) (il me jetterait le livret de famille à la gueule s'il savait que je vous cause de ça)...

    Et c'est drôlement contagieux ... pas plus tard qu'il y a 10 minutes j'ai vu  la fin de bref sur le replay... et bin j'ai pleuré... est ce que c'est vraiment honteux ?

    Et puis parce que je l'ai au moins une heure par jour dans la tête depuis le Doudou :) ... La tristitude.

  • Drive et Ryan Gosling mais sans la tête.

    Enfin.

    Enfin après deux cents ans en année de chien, j'ai vu Drive de Nicolas Winding Refn .

    En partie :je m'endors toujours au bout d'une heure à force de déjouer les clichés qui font que toutes les meufs de la terre se pâment pour ce type, Ryan Gosling.

    Des pieds au cou, je veux bien. Mais c'est quoi cette tête ? Quant au blouson en satin argenté je préfère ne pas y penser. C'était un pari de tournage ? Une blague ? Je m'interroge.

    Quand il se la joue paternel et gentil avec le môme de la voisine, je comprend l'hystérie féminine. Il manipule les ovaires comme un magicien sort des lapins blancs de son chapeau.

    En parlant de la voisine. Je regrette le choix de Carey Mulligan. Très mignonne au demeurant. Mais j'aurai peut être moins bailler avec Michelle Williams que je trouve belle et bonne comme la plus bonne de tes copines.

    Sérieux les filles, ce mec est une plaisanterie.

     

    Je sais que c'est un blasphème de ne pas tremper sa culotte devant Ryan ni de réussir à trouver ce film vraiment génial au point de le regarder jusqu'au bout en une seule fois.

    (Et pas en trois fois dont deux fois le début sur deux semaines.)

    Ceci dit j'aime beaucoup le premier morceau Nightcall de Kavinsky (si je ne m'abuse) (sûre et certaine qu'il se joue dans la première heure) (je l'ai vu deux fois faut pas déconner non plus je sais ce que je dis). Aussi étonnant que cela puisse paraître, en l'entendant je m'évade au volant de mon zafira, dans la nuit noire, sur la route départementale 666. J'avale le bitume avec mon monospace et un air pénétré qui se veut torturé à la Ryan Gosling.

    On appellerait ça "PERMIS B". Avec un accroche en italique en dessous, un truc du genre "12 points pas un de moins".

    Bref j'ai pas encore vu Drive en entier, mais je me concentre et j'y travaille.


  • Juliet / My first Hardcore Song

    Juliet est australienne et elle a 8 ans.

    Elle aime son chien Robert et ses poissons ... même s'ils puent.

    Et moi, si je réussis à avoir une fille un jour, je veux la même !


  • Woodkid / Iron


    Une belle musique, une belle chanson (quoi je ne sais pas très bien de quoi ça cause), un beau clip. Assassin's creed a bien de la chance.

  • Leave Britney alone !

    Comme dirait Chris Crocker.


    Tout ça pour dire, que cette semaine avec un ex collègue on a joué à s'envoyer des covers de Britney.

    Il a ouvert les hostilités avec Toxic par A Static Lullaby.


    Je les ai terminées avec Baby one more time par Angust Burns Red... c'est comment dire ... un peu plus rauque ! (j'adore!)