Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J'ai envie de lui dire "Mets un pull connasse !" mais je n'y arrive pas.

La lune de miel s’est terminée aux prémices d’un hiver officieusement presque là : Punkie  mon assistante me gonfle.

Tout a commencé le jour où elle s’est pointée avec la tunique bleue et verte qu’elle s’est ramené des ses vacances au Maroc. Une tunique à manches courtes. Alors que moi-même je portais, un tee shirt à fines bretelles sous une chemise à manches longues, elle-même planquée sous un pull en laine : ce jour là il m’avait fallu gratter avec  une carte de fidélité le pare brise de la bagnole (parce que je n’ai pas l’objet adéquate) pour arriver  à bon port.  Son accoutrement anachronique pour la saison m’avait interpellé. Mais après tout il existe des personnes peu frileuses.

Là où j’ai cru défaillir c’est quand elle a commencé à fermer la porte à cause d’un courant d’air. Tellement estomaquée de la voir nous enfermer dans notre bureau alors qu’il lui suffisait de mettre un pull, je n’ai pas su quoi dire et n’ai pas réagi. J’aime entendre le brouhaha des couloirs et ses bruits, elle m’en privait sans me demander mon reste. De plus notre radiateur ne fonctionne que sur la position maximum, alors dès qu’on ferme la porte on se sent aussi à l'aise qu'en doudoune dans un sauna. Du coup,  morte de chaud, j’avais éteint le radiateur.

Dans l’après midi je m’éclipse un quart d’heure pour engueuler (une passion chez moi) un mec du service travaux, quand de retour à mon poste je ne peux que constater qu’on crève de chaleur : elle avait rallumé le chauffage ! J’étais dingue ! Et pendant ce temps là, elle restait bras nus à refermer la porte dès qu’une personne passant nous voir la laissait entre ouverte… Libre à elle de vouloir porter sa tunique marocaine alors qu’on peine à dépasser les 3 degré dehors, mais comment est-il possible ensuite de se plaindre du froid ? Et de me faire subir des amplitudes thermiques de barjo, moi qui m’habille en fonction de la saison ?

J’avoue ne pas comprendre son raisonnement. Peut être est ce du à mon éducation et au fait que ma maman m’a appris les bases de la vie en communauté ? Le problème c’est qu’elle récidive encore aujourd’hui et que je ne sais pas comment lui dire. J’ai tellement peur qu’elle me propose d’enlever mon pull …

Commentaires

  • Moi les cartes de fidélité je croyais qu'il nous les donnait juste en cas de pare brise gelé. vu qu'elles sont pas solides ils en faut beaucoup. J'aime ce matin te retrouver et plusieurs articles d'un coup vu que je viens plus aussi souvent comme tu te fait rire. Et cette chute sur ton pull... va me faire sourire toute la journée. Un beau bilan des relations sociales. Tu as pensé à lui proposer Ton pull . Bonne journée

  • :) merci pour ton commentaire tout gentil
    j'essayerai d'être un peu moins rare...

  • ... ramene un vieux gilet que tu ne mets plus et propose le lui !
    et garde bien ton pull, c'est important d'avoir ses doudounes au chaud par ce froid !

    c'est bon de te lire

  • bin comme on est pas vraiment vraiment gaulée pareil, je pense pas qu'un de mes gilets pourraient lui tenir chaud en entier... voilà voilà

  • Si lui en parler ou lui offrir est trop délicat, pète le radiateur et les gonds de la porte à défaut de pouvoir la taper elle :D

  • écoute je crois qu'elle a du comprendre, elle est venue avec un truc à manches longues sous sa tunique marocaine... oui elle s'habille souvent pareil, surement pour pas que je l'oublie et que je la reconnaisse (rhoooooo comme je suis médisante)

Les commentaires sont fermés.