Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les neurones idiots ne prennent jamais de congés dans ma tête.

    Pourquoi ai-je la musique du générique de Mac Gyver dans la tête quand je prends mon bain, alors que je n'ai pas regardé cette remarquable série depuis des lustres ? Surtout que je n'ai plus besoin de chewing gum et de papier d'aluminium pour me confectionner un bouchon de vidange.

    Pourquoi les publicités qui entrecoupent souvent très mal les films à la télévision gueulent plus forts que les acteurs, alors même que mes fesses n'étouffent pas la télécommande ? J'aimerai surtout savoir comment ils font, parce que le pourquoi on s'en doute.

    Pourquoi a-t-on élu une troisième miss France ? Pour tripler le rayonnement culturel de notre pays all around the world ? Oui mais non, en fait, je m'en fous.

    Pourquoi ai-je l'air de me battre quand je découpe un chou fleur ? Ou d'avoir massacrer la tonte d'un mouton ?

    Pourquoi, lorsqu'il s'ennuie, l'écossais souhaite-t-il toujours faire l'amour ? Il ne peut pas se masturber comme tout le monde ?

    Pourquoi même en vacances mon cerveau n'arrête-t-il pas de penser qu'à des conneries ?

  • Les dix Nouvel An les plus foireux de mon existence.

    Le Nouvel An est un jour de fête que l'on se doit de réussir. La pression sociale est énorme à cette période et foirer son réveillon peut être l'occasion de s'en inventer un autre bien plus extraordinaire, enfermé dans les toilettes pendant qu'on se fait chier comme un rat neurasthénique à une soirée totalement loupée, pour la restituer avec naturel et conviction autour de la machine à café du boulot ou auprès de sa meilleure ennemie qui a des seins comme des obus et des chaussures extraordinaires avec lesquelles on ne saurait pas marcher sans se vautrer.

    Personnellement, je n'échappe pas à la règle et j'ai à mon actif des réveillons complètement nazes.

    1. Le réveillon familial, où à ton arrivée légèrement en retard, tout le monde est déjà entrain de se faire la gueule à cause d'une histoire d'armoire normande dont a hérité une tante plutôt que l'autre. Chacun y va de sa petite pique acerbe et prend parti plutôt que de calmer le jeu. Les vieux dossiers ressurgisent sur un coin de la nappe en papier décorée de houx.  L'arrivée du plateau de fruits de mer n'y change rien et la moindre remarque donne l'occasion de raviver le débat, jusqu'au moment où le cousin vieux garçon tombe la tête la première dans son assiette de rôti de biche et de purée de patates, foudroyé par un malaise vagal qui amènera une partie de la famille à déserter la table pour les urgences, tandis que l'autre se goinfrera de bûche glacée tout en critiquant les absents. Ambiance !
    2. Le réveillon avec tes parents qui t'avouent qu'ils ne vont pas tarder à divorcer mais qu'ils t'aimeront toujours autant. Ma petite soeur Brad qui se met à chialer et le paternel qui la console en lui disant qu'elle aura deux maisons et deux fois plus de cadeaux pour son anniversaire et Noël. Pendant ce temps là je comptais les boutons d'acné sur mon visage dans le reflet de la télévision éteinte. Fake ! [En effet cette scène s'est déroulé à Pâques (sauf que ça m'arrange de la transposer à la Saint Sylvestre), mais il ne s'agissait que d'un teaser, puisque la rupture fut consommée en septembre alors que j'intégrais la classe des sixièmes 5 d'un collège perdu entre un court de tennis et un camp de gens de voyages parqués sur un terrain vague.]
    3. Le premier réveillon avec tes potes, où tout le monde vomit sa kriek cerise éventée dans l'évier de la cuisine parce qu'un couple a élu domicile dans la salle de bain où se trouve également les chiottes, pour se rouler les plus longues pelles de tous les temps. Le pire, c'est de faire parti de ceux qui dorment sur place et de devoir ramasser les bouts de fraises tagada pré-digérés le lendemain matin, avant que les parents rentrent de leur soirée et ne fassent une inspection des lieux. Ecoeurant !
    4. Le réveillon en petit comité dans un appartement parisien qui commence par un pugilat avec le voisin du dessous qui écoute Dalida plus fort que les enceintes de mon ami crachent le son du dernier Rage Against the Machine. Tout le monde finit sur le palier à hurler comme des veaux qu'on égorge à coups de sabre et la porte claque... avec les clés à l'intérieur et le double dans une boite à chaussures dans la penderie de la chambre. Après avoir téléphoné depuis une cabine en bas de l'immeuble (à l'époque personne n'avait de bi-bop), nous avons patienté sagement dans l'escalier, sous les sarcasmes du voisin qui avait basculé sur l'intégral de Mike Brant, que le serrurier de garde débarque à 1H47 du matin. Epuisés nous nous sommes endormis devant un bêtisier crétin sans même finir notre premier verre de Malibu coco. Naze !
    5. Le réveillon avec mon cousin Jeannette et deux de ses copains binoclards à mater des VHS de Freddy Krueger en buvant de l'orangina et en mangeant des chips. Trop absorbés par les effets spéciaux, on a loupé l'heure fatidique de minuit. Failed !
    6. Le réveillon chez une vague connaissance parce que t'as rien prévu avec tes potes qui sont tous partis le faire à la montagne. Tu te retrouves au milieu d'un tas de gens que tu ne connais pas vraiment, que tu sais ne pas avoir envie de connaître d'avantage au bout d'un quart d'heure et de l'aperçu du bar qui recèle tous les sortes de jus de fruits du monde et quelques bouteilles de Champomy. Quand retentit la musique de la chenille, tu t'enfermes dans les chiottes pour fumer une clope parce que c'est interdit dans la maison des parents de l'hôte. Solitude et envie de Xanax !
    7. Le réveillon au restaurant. A minuit, tous les clients s'embrassent avec de la salade coincée entre les dents et des relents de Saint Nectaire dans l'haleine. Trash !
    8. Le réveillon avec ta meilleure amie qui vient de se faire larguer comme une merde par un connard. T'as tout prévu, t'as plein de mouchoirs et pleins de vodka. Pour la faire se détendre, tu lui dis qu'il n'en vaut pas la peine, après l'avoir écoutée pendant des plombes se plaindre en reniflant sa morve avec grâce, tout en t'empiffrant de canapé aux oeufs de lompe même si tu trouves ça dégueulasse, et là elle te tape un scandale parce que tu te permets de le critiquer alors qu'elle l'aime toujours. Envie de meurtre !
    9. Le réveillon avec ton oncle qui bat ta tante en secret et dont les poings n'ont pas entendu parler de la trêve des confiseurs. Pendant ce temps là on te colle devant les programmes débiles de la Saint Sylvestre avec une tranche de jambon et de la purée de brocolis froide, le volume au maximum pour étouffer les cris. Peace and love !
    10. Le réveillon que t'as décidé de passer toute seule parce que t'en as ras le bol des plan foireux, où tu finis par chialer comme une conne devant ta tranche de saumon fumé norvégien, en te promettant de ne plus jamais t'infliger ça. Pathétique !

    Moralité : seul ou accompagné, le réveillon du Nouvel An n'est qu'un mauvais moment à passer... dans le pire des cas.

     

  • Ménage et réveillon.

    Le ménage n'est pas ma spécialité, sinon j'aurai fait une carrière remarquée de technicienne de surface et le championnat international des laveurs de carreaux. Or je ne sais pas faire les miens sans laisser d'immondes traces. On m'a bien parlé de l'astuce du papier journal et du vinaigre, mais la seule fois où j'ai tenté l'expérience, je n'ai fait que réussir à imprimer un horoscope périmé sur la vitre, celui là même qui me promettait de rencontrer l'âme soeur dans la semaine si j'étais célibataire, ainsi qu'une recette de tiramisu à la framboises et de mousse au trois chocolats.

    Ayant accepter de recevoir mes amis pour le réveillon du Nouvel An, puisque c'est notre tour de prêter notre domicile à cette occasion, se pose à moi la question cruciale de nettoyer à fond ou non. En effet, pourquoi investir toute une après midi de vacances à venir à bout des toiles d'araignée quand on sait qu'elles ne se plaisent que dans des endroits sains et secs, tandis que mes invités ne manqueront pas de semer des miettes de pizza partout dans ma maisonnée et surtout dans les endroits les plus improbables, comme la fois où j'ai retrouvé trois anchois derrière la porte de la salle de bain. En même temps, je comprends, c'est une chose vraiment dégueulasse que l'anchois et j'ai beaucoup aimé me venger en semant des bouts de paté de campagne dans le studio du coupable, à l'occasion de sa crémaillère. Cependant, il me parait insurmontable de laisser à la vue de tous quelques traces de poussière sur le socle de la télévision et ailleurs. J'ai beau savoir que mes amis ne doutent pas de ma propreté, ne serait ce parce que mes petites culottes ne paraissent pas toute cartonnées sous mes robes, je ne peux m'empêcher de penser que leurs regards vont irrémédiablement tomber sur les marques de doigts huileux qui recouvrent la porte de mon four et autres poils de chats qui trainent sur le canapé.

    Mais pourquoi perdre mon temps et celui de l'écossais embauché pour l'occasion, quand on sait que je ne fais pas porter de patins à mes copains et que mon paillasson a disparu dans d'étranges circonstances depuis qu'il a neigé si fort il y a deux semaines ? Que je pourrai revendre 30 grammes de tabac blond à rouler une fois la soirée terminée et le balai passé ? Qu'il sera possible de reconstituer une quiche lorraine avec les miettes et une bouteille de vin rouge avec les fonds de gobelets ? Oh et puis j'ai une copine que j'aime moins qui a une trouille bleue des araignées, ça pourrait foutre l'ambiance une petite crise d'hystérie ? Je me demande où les chats ont fichu leurs souris mécaniques, avec un peu de chance elle en a peur aussi ...

    En conclusion, je préferai ne rien faire d'autre que de regarder des films d'horreur en pyjama pour finir l'année tout en mangeant des magnums au café, plutôt que de me torturer avec un menu toujours pas établi et les apparences. Le réveillon du nouvel An est vraiment trop rapproché de celui de Noël... faudra penser à y remédier un de ces quatre. Parce que mine de rien c'est fatiguant toutes ces conneries à célébrer !

    Et d'avoir ses règles, ça fout vraiment de mauvais poils ...

  • La question du dimanche n°35

    En ce dernier dimanche de 2011, qu'as tu envie de dire de cette année ?

    Qu'elle fut largement assez pourrie pour que la prochaine soit meilleure ! Qu'à part mon mariage avec le gars de service devenu écossais pour l'occasion, je ne garde que de mauvais souvenirs de cette année écoulée :

    • Une galère de boulot pour l'écossais de mari qui moralement l'a beaucoup affecté (et fatalement moi aussi).
    • Mon cumulus qui est tombé deux fois en panne.
    • Notre chien chéri qu'on a vu souffrir pendant 6 mois avant d'apprendre que la seule issue était d'abréger ses souffrances.
    • La canalisation d'eau qui a pété et nous a fait perdre 10 ans de consommation de flotte (arrivée de la facture prévue entre Noël et le Nouvel An ... Youhou !).
    • Un meilleur ami qui s'avère ne pas l'être vraiment, tant son empathie est inexistante et son égoïsme grand. 
    • Des désirs de couches sales et de vomi contrariés.
    • Une meilleure amie qui s'éloigne un peu plus chaque jour, trop préoccupée par son nombril, qui m'en veut de ne pas mettre ma vie et mes états d'âme de côté, face au grand bonheur qui l'attend et qui me fuit.
    • Malgré une commande précoce, le père Noël ne m'a pas livré en temps et en heure l'un de mes cadeaux. Depuis je me roule par terre en tapant du pied.

    Cela dit :

    • Je suis en bonne santé.
    • J'ai le plus gentil et amoureux des maris du système solaire.
    • J'ai un travail rémunéré et je me fais une raison s'il n'est pas épanouissant, ni bien payé.
    • J'ai un toit qui ne fuit pas sur ma tête.
    • J'ai d'autres amis, dont certains que je découvre de mieux en mieux.
    • Je m'amuse follement sur le moche blog et sur ceux que je lis.
    • Je porte très bien les cravates.
    • J'ai eu comme cadeau, une robe de chambre noire de type kimono et elle est vraiment toute douce.

     

  • Chère Moche Lectrice, cher Moche Lecteur,

    [et ne le prends pas pour ton physique de rêve mais bien pour tes lectures bien peu recommandables en ce moche lieu.]

    Au cas où tu vivrais dans une station scientifique en Sibérie ou dans un arbre de ce qui reste de la forêt Amazonienne, et que tu sois équipé d'une clé 3G,  je tiens à te rappeller que ce soir ça va réveillonner à tous les étages. Les plus téméraires remettront même ça demain. (Perso nous on se fait une raclette entre potes. C'est tellement léger la charcuterie et le fromage.)

    Pour la santé de ton appareil digestif et son fonctionnement optimal, j'aimerai te rappeller qu'il faut se méfier des huîtres qui peuvent dévaster un chiotte immaculé en moins de deux, ainsi que des toasts de foie gras laissés trop longtemps près du four où mijote la dinde aux marrons. Une année ma belle soeur avait fait cette bourde et tous ses invités avaient vomi dans leurs assiettes de langoustines qui succédaient à son plateau de tartines au pâté d'organe d'animal malade. N'oublie pas aussi que de se gaver de chocolats alors qu'on en mange très peu le reste de l'année peut être fatal à ta soirée et à ton habit de lumière. Pour l'alcool, je me fais moins de mouron, parce qu'il faut en consommer régulièrement pour s'entêter à revenir ici lire mes moches billets.

    J'espère donc en premier lieu que tu ne seras pas malade de tant d'excès. Et aussi que tu sois gâté, mais sans être pourri non plus. Enfin, je te souhaite pour ton karma et ta prochaine réincarnation dans une autre vie, que tu auras l'intelligence de mesurer ta chance de partager ces instants de fêtes, au chaud, entourés de gens qui t'aiment plus que leurs amis facebook.

    Pour ma part, j'aimerai juste nous souhaiter à l'écossais et moi, d'avoir un Jésus dans ma crèche l'année prochaine (bin oui j'ai une bouteille de champagne brut à me boire pour moi toute seule ce soir et je n'aime pas gâcher) ("Jésus écoutes ta mère ! Et mange tes frites sinon j'appelle ton père ! Jésus range ta chambre et plus vite que  ça ! Jésus qu'est ce que c'est que cette note en dessous de la moyenne en rédaction ? Si tu ne te ressaisis pas Jésus, avec ton père on t'envoit au pensionnat !" ... ça sonne pas mal non ?).

    Mon petit côté Miss France voudrait aussi ajouter la paix sur terre, la fin de la misère et des patates sautées pour tout le monde.

    Bien à toi Moche Lectrice,

    Bien à toi Moche Lecteur,

    Je t'innonde de bisous à la clémentine.

     

    Georges

  • 64 - Le souvenir de Noël préféré de l'écossais.

    Afficher les informations sur l'image

    Du temps de son précédent mariage, qui n'aura même pas duré deux ans par la faute de mes fesses qui se sont involontairement agitées sous son nez lors d'un anniversaire surprise, l'écossais a gardé un souvenir impérissable de son premier Noël avec son ex femme. Invité par ses parents à le fêter dans la maison de son enfance, il était prévu que le jeune couple dorme sur place, puisqu'elle était dépourvue de permis de conduire et inimaginable pour l'écossais de se contenter de deux verres d'apéritif sans boire de vin à table, ni de faire honneur au calvados fermier déniché par son père pour le digestif.

    Toute la famille était réunie pour se baffrer de canard à l'orange et de toasts au saumon fumé. Au pied du sapin trônait quelques cadeaux pour le plus jeune de ses frères et des boites de crottes en chocolat pour les autres. Comme souvent l'écossais et sa femme s'étaient engueulés à propos de ses énormes seins qu'elle lui laissait à peine toucher pendant l'amour, trop douloureux pour être effleurés par ses grandes mains toutes douces. S'en était suivi dans la voiture, qui les menait vers ce réveillon un discussion houleuse qu'il avait conclu par un "ça sert à rien de secouer ton 105D dans des nuisettes indécentes, si je ne peux pas les tripoter". Mais comme toujours, ils n'avaient rien laissé paraître de leurs différends devant sa famille.

    La soirée s'était passé sans encombre. Ses parents sur le point de divorcer, avaient même fait l'effort de discuter normalement sans s'insulter à chaque détours de phrase. Un noël idyllique pour qui ne connaissait pas les coulisses sordides de leur vie maritale. Dans la nuit, quand les bouteilles furent vides et tous les plats saucés avec du pain polka, chacun partit se coucher avec sa chacune, les plus jeunes s'étant depuis longtemps écroulés de sommeil dans le dortoir improvisé dans le garage chauffé pour l'occasion, à force de se goinfrer de chocolats à la liqueur de cerise.

    Plutôt bourré, l'écossais s'endormit comme un bienheureux jusqu'au lendemain, tard dans la matinée. A son réveil, il fut surpris par la tête que lui servit sa future ex femme et son silence courroucé, mais ne se formalisa pas plus que ça de son air mal aimable qu'il mit sur le compte de cette histoire de sensibilité des mamelons de la veille. C'est sa mère qui lui proposa un bon café fraîchement coulé, qui lui expliqua les raisons de cet accueil glacial et contrarié. Selon ses informations, il semble que pris d'une crise de somnambulisme, son fils se soit au beau milieu de la nuit mit debout dans le lit pour lui pisser dessus avant de se rendormir pour ronfler bruyamment. Elle l'aurait même accusé d'avoir viser volontairement sa bouche ouverte pour cause de nez bouché par une saleté de rhume.

    Ce dernier détail le fit beaucoup rire.

    Et aujourd'hui encore il aime à cette période me raconter cette magnifique histoire de Noël.

  • Les commentaires du moche blog et Hautetfort ... et Yahoo aussi. (bouts de nichons inside)

    Précédemment sur le moche blog (ça fait vachement série américaine cette expression ... et Secret story aussi ... mince !).

    Mon râlage, à défaut de ma notoriété planétaire qu'il me reste encore à bâtir en me créant une page fan Facebook et en ouvrant un compte Twitter, m'a valu un commentaire fort sympathique de Pascal de Hautetfort. Pascal je l'aurai bien appelé Thérèse, parce que j'ai vu dernièrement le Père Noël est une ordure pour la cent quarante douzième fois, mais je vais présentement m'abstenir par peur des représailles.

    Donc, Pascal m'a invitée à lui envoyer un mail pour l'entretenir de mes problèmes de commentaires et de notifications de ces derniers sur mon adresse Yahoo (c'est important pour la suite). Je tiens donc ici à présenter mes plus plates excuses à Hautetfort qui malgré mon utilisation gratuite de leur plateforme, m'a contacté pour m'aider à résoudre mes soucis.

    Dans l'entrefait, les commentaires ont pu de nouveau être envoyés dans leurs intégralités sans être tronqués à la validation, ce qui faisait déjà une problèmatique en moins sur laquelle se pencher. Cela dit, si ça devait se reproduire, j'ai tout une marche à suivre pour récupérer les données dont il aurait besoin pour étudier la question. Quant aux notifications, après essais avec mon adresse hotmail que j'utilise dans le civil, il semble que ce soit ma boite mail Yahoo qui après un peu plus d'un an de bons et loyaux services, a pété un plomb pour ne plus accepter les messages de Hautetfort (la salope).

    Comme je n'ai pas les deux pieds dans la même doc violette, j'ai contacté Yahoo, qui m'a répondu un truc super compliqué qui m'a fichu une migraine intolérable et l'envie de me gaver de truffes au chocolat noir pour enterrer mon désarroi. J'en étais à me dire qu'il fallait abandonner la fille de service de Yahoo en faveur d'un autre fournisseur de mail, quand Pascal m'a écrit pour me dire qu'il avait lui aussi contacté Yahoo pour que le problème soit réglé dans les meilleurs délais.

    A l'heure où j'écrit cette bafouille les notifications se perdent toujours entre Hautetfort et mon Yahoo, mais je dois reconnaître publiquement que j'ai été un chouilla injuste avec l'hébergeur de mon blog... et donc comme promis une photo de mes seins :

    201220101309.jpg

     

    Les puristes me diront qu'on ne voit pas grand chose ... je leur répondrai qu'ils ont complétement raison.

  • La question du dimanche n°34

    Est ce que Nulle part est beau sous la neige ?

    Je t'en prie, constate !

    IMAG0097.jpg

    (Prendre la voiture aujourd'hui ? On oublie !)

     

    IMAG0102.jpg

    (A pieds c'est plus rigolo !)

     

    IMAG0104.jpg

    (Jamais sans mes grandes chaussettes, présentement avec des têtes de mort dessus. )

     

    IMAG0107.jpg

    (Nulle part, c'est nulle part !)

     

    IMAG0108.jpg

    (La prochaine fois je prendrais mes raquettes !)

     

    IMAG0112.jpg

    (Le petit bois est de toute beauté )

     

    IMAG0118.jpg

    (La forêt bleue)

     

    IMAG0123.jpg

    (Tiens une folle verticale ...)

     

     

    IMAG0131.jpg

    (Euh ... Une bite en neige ?)

     

    IMAG0133.jpg

    Un doigt d'écossais sur l'objectif, une bonne femme de neige (bin oui elle a un noeud sur la tête) avec un sourire en coin.

  • Le colis de la mère Noël.

    Elle attendait ce colis avec tellement d'impatience qu'elle en remercia le facteur grincheux bien plus que de raison. Le même qu'elle soupçonnait de parfois ouvrir le courrier de son mari, par jalousie d'avoir échoué jadis, à l'entretien d'embauche qui aujourd'hui les faisaient vivre dans le plus beau chalet en bois norvégien du pôle nord. Cela dit elle ne culpabilisait pas du succès de son mari et n'avait aucunement l'intention de dénoncer aux autorités des neiges, ce malotru indiscret qui n'avait jamais réussi à garder une femme plus de quarante huit heures dans ses bras. Il fallait aussi reconnaître que son haleine pestilentielle ne l'aidait pas à conserver ces conquêtes d'un soir,  ramassées à la taverne de Nicolas, après avoir abusées du meilleur vin chaud à la canelle de cet hémisphère.

    A l'époque , l'annonce spécifiait que le poste ne serait pourvu qu'à la condition que l'homme soit marié et dans l'impossibilité d'avoir sa propre descendance. Sa candidature fut plebiscitée étant donné leur amour de longue date et cette saleté d'infection qui lui avait foutu ces ovaires en l'air. Ce poste important avait sauvé leur couple en péril suite à leurs échecs répétés et successifs à concevoir un enfant. Mais tout cela était si loin aujourd'hui. Ce travail dans lequel elle l'assistait avec application les avaient épanouis et effacé leurs peines immenses de ne jamais avoir la joie de fonder une famille.

    Il était heureux qu'à cette heure, il soit dans l'atelier avec les elfes pour les ultimes préparatifs de Noël. Ces dernières semaines, il avait comme à l'accoutumée passer des heures à manufacturer les jouets des enfants sages, tandis que de son côté elle assurait le suivi du courrier et des commandes, la révision du traineau et le chek up vétérinaire des rennes. Elle pouvait donc sans craindre de le voir débarquer dans son bureau chaleureux décoré de guirlandes brillantes et chamarées, déballer son paquet qu'elle avait commandé sur le net à son insu.

    Elle s'appliquait chaque année à lui concocter une belle surprise le 26 décembre, premier jour de congés bien mérités après le rush de décembre et avant les conférences aux quatre coins du monde qui lui faisaient anticiper les tendances de l'année suivante en matière de jouets et organiser le travail de ses troupes qui dans les rues, les parcs à thème ou dans les supermarchés entretenaient son mythe. L'année précédente, elle avait réussi le tour de force d'inviter Bruce Springsteen, son chanteur favori, à dîner et donner un concert privé dans leur salon.  Avec une certaine fébrilité, elle déchira le papier kraft et contempla la boîte rose pâle. Elle respira un grand coup en espérant avoir choisi la bonne taille. Elle retira le couvercle, caressa le papier de soie quand elle l'entendit taper ses grosses bottes dans l'entrée. Elle fourra alors son paquet dans le grand tiroir de son caisson de bureau et partit à sa rencontre dans le couloir pour l'embrasser.

    Elle dut attendre qu'après son sandwich à la dinde et aux airelles, il s'endorme pour sa sieste quotidienne dans son fauteuil moelleux, devant la cheminée crépitante,  pour découvrir enfin ce qu'elle avait commandé en toute discrétion. Elle s'enferma dans son boudoir à l'autre bout du chalet avec son colis et en sortit enfin le splendide déshabillé rouge écarlate, avec un liseret de dentelle fine et blanche sous la poitrine. Elle se dévêtit et regarda un instant son corps fatigué dans le miroir. Les années ne l'avait pas épargné et encore moins l'attraction terrestre, pourtant elle savait que l'amour de son mari ne s'embêtait pas de telles considérations. Elle enfila le délicat tissu sur sa peau diaphane et s'admira soulagée d'avoir pris du XXL. Elle devenait gironde un peu plus chaque année, n'arrivant pas à résister aux biscuits de noël et à la divine bûche au chocolat de sa voisine. Elle se retourna vers la boîte pour vérifier que sa commande était complète. Elle prit le second article avec un sourire grivois ... d'après les avis de consommateurs, il s'agissait là du sex toy le plus apprécié du moment. Le 26 décembre allait être chaud bouillant !

     

     

    [ Ma contribution au concours de Noyel de Joufflette ... tu sais pourquoi j'aimerai bien concourir, n'est ce pas ? Et tu sais que finalement le lot m'importe peu et que c'est surtout pour jouer ! Des bisous ma poulette ! ]

  • 10 trucs qui m'agacent sur mon site de cul préféré.

    1 - les annonces qui stipulent "hygiène irréprochable de rigueur", genre nous sommes des gros dégueulasses qui ne se sont pas lavés depuis quinze jours... surtout quand on sait que la finalité c'est de se mettre à poils et d'aller jouer dans des endroits qui sans toilette,  puent les fruits de mer pas frais ou le vieux reblochon oublié sur le dessus du micro onde. En même temps, des gens sales, nous en avons déjà rencontré, mais ils sont restés habillés, leurs intérieurs témoignaient en leur défaveur ainsi que l'odeur persistante de sueur qui émanait de leurs aisselles.

    2 - les couples qui t'écrivent un mail pour te dire qu'ils te trouvent physiquement à leurs goûts mais que c'est trop dommage que nous soyons fumeurs. Je comprends qu'on n'apprécie pas l'haleine tabagique, cela dit le message n'a quand même aucune utilité, alors souvent l'écossais répond : "merci c'est gentil mais vous ne nous plaisez pas assez pour que l'on se mette au champix".

    3 - Les couples (surtout les femmes) qui mentent sur leurs poids... j'aime tous les physiques mais je rigole quand la fille un peu ronde d'un mètre soixante quinze affiche le même poids que moi qui n'ai pas spécialement les os lourds. Si je rentre le ventre on peut apercevoir mes côtes, mais pas cette fille qui prétend faire soixante six kilos dans sa guépière prête à exploser (il est vraiment important d'accepter d'acheter de la lingerie à sa taille) (et au pire on ne renseigne pas ce critère voilà tout.)

    4 - Les hommes qui font poser leurs femmes à poil et les jambes bien écartées sur le capot de leur voiture avec un pare soleil "I LOVE TUNING" écrit en lettres gothiques. Franchement ça pique les yeux et c'est à se demander s'ils préfèrent leurs copines ou se branler sur la peinture jaune canari de leurs bolides avec des flammes roses sur les côtés.

    5 - Les annonces sans photos de personne mais avec celles du bateau à voile et de la maison luxueuse au bord de l'océan Atlantique. Il s'agit d'un site de cul crénom d'une fellation, pas de celui de l'agence immobilière de Stéphane Plazza. De même, j'ai en horreur celles qui ne sont que des compilations de clichés gynécologiques... Je parle en général à un visage pas à ce qui traine dans une culotte transparente ou un boxer ajusté.

    6 - Les mélangistes qui insistent lourdement, alors même que nous précisons expressément que nous sommes des échangistes intégristes. Nous respectons le mélangisme mais peinons à comprendre l'interdiction de pénétration hors couple... c'est comme faire un bon dîner mais être privé de dessert. J'avoue que ça me dépasse... surtout que l'argument "on garde la pénétration pour notre couple c'est trop intime et personnel" est complètement risible. Mettre sa langue dans une autre bouche, sucer une bite ou lécher une chatte ce n'est pas personnel peut être ?

    7 - Les gens qui s'exposent à travers des photos prises il y a dix ans, comme si ça ne se voit pas dès le premier rendez vous qu'ils ont pris de la bouteille, même à grand renfort de bougies chauffe plat pour l'ambiance tamisée. Je ne m'appelle pas Eve Angéli et l'écossais n'a pas de chien d'aveugle mais une rottweiller qui dort sur le dos.

    8 - Les annonces qui débutent par "beau couple cherche beau couple". Ca me donne envie de gerber ... surtout que parfois c'est franchement de la vantardise ... ce qui est beau pour moi ne l'est pas forcément pour les autres et tout de suite j'ai peur de passer un soirée avec des personnes qui se la pètent grave.

    9 - Les profils où il n'y a que des photos de la femme. Ca me semble louche et l'expérience m'a appris que ça l'était.

    10 - Les prétendus couples qui s'avèrent au final être composé d'un homme seul ou encore ceux qui sont inscrits juste pour le frisson et nous font perdre un temps fou à tergiverser tout en sachant très bien qu'ils ne concrétiseront jamais. Dans les milieux autorisés on parle de fantasmeurs et nous sommes des gens plutôt décidés. Difficiles mais décidés.